Le gamin au vélo est-il un film réaliste?

31 mar

Les élèves de 4ème AES du Collège Ronsard à Tremblay ont intégré Le gamin au vélo à leur exposition sur le réalisme.

Maelle et Caroline au CDICarolineMaelle

 

Cyril est un jeune garçon de douze ans. Il a été abandonné par son père. Il vit dans un foyer d’accueil. Un jour, alors qu’il s’est enfui pour tenter de retrouver son père et son vélo, il fait par hasard la connaissance de Samantha. Celle-ci parvient à retrouver son vélo et le lui ramène au foyer. Cyril lui demande si elle peut l’accueillir chez elle les week-ends et l’aider à revoir son père. Elle accepte. Le père refuse définitivement de s’occuper de son fils pour une question d’argent et parce qu’il n’y a pas de place pour lui dans sa nouvelle vie. Samantha devient l’unique famille de Cyril. L’enfant pourrait prendre un nouveau départ lorsqu’il tombe sur Wes, le dealer…

 

Le gamin au vélo est-il un film réaliste ?

 

            Les frères Dardenne sont reconnus pour faire des films réalistes dans lesquels ils traitent des thèmes sociaux. Dans leur films de fiction, on retrouve leur expérience dans le documentaire. Le personnage de Cyril est joué par un acteur non professionnel.

             On peut dire que Le gamin au vélo est un film réaliste car le personnage de Cyril vient d’un milieu modeste. Il a un physique banal. On nous montre plus ses défauts que ses qualités. L’histoire se passe dans une cité au XXIème siècle. On traite des thèmes du quotidien :  les relations familiales et l’argent.

             Cependant, ce film est construit comme un conte. Le personnage de Samantha est trop bon et celui de Wes trop mauvais pour qu’ils soient tout-à-fait crédibles.

Un aperçu en images des nouvelles réalistes créées par les élèves :

Le héros rejetéle héros rejeté 2Le héros pensifle héros malmenéle héros malmené 2le héros malmené 3Le conseil des grandes soeurs

Critique du film "Le gamin au vélo" des élèves de 4ème du collège Jean Vilar de La Courneuve

31 mar

Dans ce film de Jean-Pierre et Luc Dardenne, on retrouve tous les problèmes auxquels un enfant abandonné peut être confronté, comme le manque d’attention et de tendresse que peuvent apporter une mère et un père, sans oublier le rejet de la société.

On ne sait pas où est la mère du jeune Cyril, le héros de l’histoire, mais il cherche à recevoir l’amour de son père malgré les problèmes d’argent de celui-ci. Pourquoi Samantha la coiffeuse choisit-elle de garder un enfant plein de rage au détriment de son amant ?

Ce film est vraiment très réaliste. On peut faire une comparaison entre la société actuelle et les individus du film, mais les personnages jouent bien leur rôle. C’est un bon film, mais il ne dégage pas grand chose, ne précise pas, pas de vraie fin, c’est un peu décevant. On l’oublie vite, dommage !

 

Adamine Kone, collège Jean Vilar, La Courneuve

J’ai aimé ce film qui était très touchant car le petit garçon m’apprend qu’il ne faut pas se séparer de son père.

On peut voir qu’il est toujours en mouvement. Ce film est très réaliste. On peut aussi voir à travers le film que Cécile De France s’occupe de Cyril comme si c’était son fils, elle s’est donc attachée à ce petit garçon.

Ce film m’apprend aussi qu’il ne faut pas toucher à la drogue car on peut finir en prison.

Je me demande pourquoi le film n’avait pas continué et je pense que c’est pour qu’on imagine la suite dans notre tête.

Cyril est quand même agressif envers les personnes à qui il parle mais il a plutôt bien joué son rôle. Je me demande où est passée sa mère. Peut-être est-elle décédée ? Quand même une triste fin car le petit garçon est tombé d’un arbre à cause d’un autre garçon qui lui a lancé une pierre.

 

Julien Zhang, collège Jean Vilar, La Courneuve

frise_gamin_velo

 

Je n’ai pas aimé ce film car je trouve qu’il ne nous apprend pas grand chose. J’ai trouvé ce film un peu triste du fait que Cyril soit rejeté par son père et qu’il n’ait donc pas l’affection qu’un père devrait donner à son fils. Pour moi, ce film veut nous montrer que nous avons de la chance d’avoir ou d’avoir eu l’affection et l’amour d’un père contrairement à certains enfants qui eux la recherchent ou n’en ont pas eu de la part de leur père. C’est bien évidemment mon point de vue sur ce film Le Gamin au Vélo de Jean-Pierre et Luc Dardenne.

 

Bienheureuse Tamba Kuma Pysol, collège Jean Vilar, La Courneuve

 

Critique du film "L’enfant sauvage" par les élèves de 4ème du collège Jean Vilar à La Courneuve

31 mar

J’ai plutôt aimé le film L’Enfant Sauvage, car l’histoire est compréhensible et intéressante.

Je trouve ça incroyable qu’un jeune homme arrive à développer un instinct de survie à environ deux ou trois ans et qu’il survive toutes ces années en milieu sauvage.

Malgré toutes les bonnes choses que j’ai constatées dans ce film, il n’y avait pas de véritable fin. Oui l’enfant sauvage a nettement progressé dans le sens où il s’habille, il montre quelques comportements d’un jeune homme non sauvage (joie, tristesse, doute, peur ….), mais en globalité, j’ai plutôt apprécié son contenu, mais pour la fin cela reste tout de même dommage.

l'enfant sauvage_français2

 

Sabri Maiza, collège Jean Vilar, La Courneuve

Les rêves dansants – Travaux d’élèves – 4AES du collège Ronsard à Tremblay-en-France

5 fév

Les rêves dansants, Sur les pas de Pina Bausch

Exercice d’écriture :

            Le spectacle tant attendu a lieu dans une heure. Décrivez l’état d’esprit dans lequel vous vous trouvez.

 13327508828

            Avant de rentrer sur scène, je me sens en même temps stressée, pressée mais aussi très contente. C’est assez étrange car ce sont des sentiments contraires. J’ai aussi très peur d’oublier les paroles et les pas que je connais pourtant par cœur.  Je pense que je vis le trac, comme tous les artistes avant de faire leur spectacle. C’est ce que j’avais déjà ressenti lors de mon spectacle de hip-hop, mais une fois sur scène et la musique lancée, j’avais adoré. Alors, pour me concentrer et enlever la peur, je respire bien fort pour essayer de me détendre.

 

Jade

 

 

            Je me prépare pour être sur scène et pour ne pas me ridiculiser. J’ai le trac. Je sais que ce n’est pas si difficile que ça, mais quand ils me diront : « Yousra, entre sur scène », c’est là que j’aurai très peur.

Je vais me forcer à y aller. Je danserai. Je jouerai. Il y a des choses qui ne me plaisent pas beaucoup, c’est dommage. Il y a des scènes choquantes, d’autres tristes, bref! Tout ce qui compte, c’est de ne pas me mettre en colère contre les autres, car sinon il y aura de très gros problèmes.

A la fin, tout le monde pleurera, car on va quitter la salle de danse. Je ne vais pas être célèbre dans le monde entier, mais ce n’est pas grave. Le mieux, c’est que j’aie participé.

Je dirai un gros au revoir à tout le monde, les spectateurs, mes amis… Puis, je partirai. Et peut-être qu’un jour, je reviendrai.

 

Yousra

 

 

            Je suis stressé. J’ai  peur de me louper. J’essaie de me rassurer, de me calmer. J’ai travaillé dur pour arriver jusque-là, alors je dois saisir cette opportunité d’avoir la chance de réussir cet objectif. Réussir au moins une chose dans ma vie. Mes répétitions étaient très difficiles. Je me suis entraîné nuit et jour pendant cinq mois pour arriver là. Pendant les minutes qui me restent, je vais répéter la chorégraphie. Je vais répéter à fond. Je dois tous les battre. Je serai le vainqueur. Vite, où est ma tenue? Ah, elle est là!

 

Chow-on

 

 

            Le jour du spectacle arrive. Je suis prêt à faire la meilleure prestation au monde. Tous les journaux vont parler de moi. Bon, mon tee-shirt porte-bonheur est prêt. « Dring, dring ». Mince, je suis en retard.

Ouf, j’arrive enfin à la salle. Il faut juste que je me concentre dans les loges.

« En scène dans cinq minutes ». Mon tee-shirt porte-bonheur, il est où? Et si je tombe, comme en répèt? Je ne l’ai pas pris? Ah si, il est sur moi. J’ai eu peur.

« En scène. » C’est enfin mon tour d’y aller.

 

Tony

L’Enfant sauvage – Textes des élèves – 4AES du collège Ronsard à Trembaly-en-France

5 fév

Pour préparer la projection de L’Enfant sauvage, les 4AES du collège Ronsard à Tremblay-en-France ont pu choisir entre deux sujets de rédaction. Ils ont complété leurs textes après avoir vu le film.

enfant_sauvage3

Sujet 1 :

Imaginez que vous avez toujours vécu seul dans la forêt. On vous capture et on vous emmène  de force du collège. Racontez votre première journée.

 

Au moment où je rentre dans le collège, je vois plein de choses que je ne connais pas : des humains, des objets. Les gens sont habillés. Ils ont des chaussures aux pieds. Puis j’aperçois une machine qui monte et descend plusieurs fois. Alors j’ai peur. Je me cache derrière un poteau, mais ça ne change rien : j’ai toujours aussi peur. Je décide donc de me mettre dans un coin où je me sens en sécurité. Je ne bouge plus jusqu’au moment où un bruit assourdissant retentit. Je me mets à courir partout pour chercher un endroit calme où me réfugier. Je ne trouve pas. Soudain, le son désagréable s’arrête. De nombreuses personnes arrivent dans le couloir.

Un professeur m’attrape par le bras et me fait monter de force au dernier étage, dans une salle où il y a des chaises, des tables et un tableau. Je ne me sens pas du tout dans mon élément. Je me faufile derrière une armoire et je ne bouge plus pendant très longtemps. Le professeur revient vers moi et et me fait m’asseoir sur une chaise. Mais dès qu’il ferme la porte, je me remets au fond de la salle. Le professeur me fait encore une fois m’asseoir et il m’écrit un mot sur le tableau, mais je ne comprends rien du tout.

La seule chose à la quelle je pense et que je désire en ce moment, c’est d’être dans ma forêt. Ne plus jamais en ressortir. Mais je ne trouve pas de solution, jusqu’au moment où la porte de la salle s’ouvre. Je décide alors de partir discrètement, en me méfiant. Puis je retourne  précipitamment auprès de mes arbres préférés. Je me jure de ne plus jamais aller là-bas.

Texte de Méliane, retravaillé par l’ensemble de la classe.

            Un après-midi que je marchais comme un animal dans la forêt, j’entends du bruit. Ce sont des personnes venues de loin pour m’emmener dans un collège que je ne connais pas. Je me mets à courir pour ne plus les voir, mais finalement ils m’attrapent. J’essaie de crier, de bouger de tous les côtés pour m’enfuir, mais je ne peux pas.

Extrait du texte de Lisa.

             Tous mes camarades se moquent de moi, car je suis différent d’eux. La nourriture n’est pas celle que je mangeais dans la forêt. Je ne mange pas comme eux, avec des couverts, mais avec mes doigts. Je ne comprends pas ce mode de vie. Les gens pensent que je suis stupide. Je ne sais même pas prononcer le mot « bonjour ».

Dans la cour, tous ces élèves qui crient dans tous les sens me fatiguent. Je ne comprends pas ce qu’il se passe. Je n’ai aucun ami. Tous ces gens me maltraitent parce que je suis différent d’eux. Je ne suis pas bête comme ils le prétendent, c’est juste qu’on n’a pas du tout la même vision du monde, la même mentalité.

Extrait du texte de Marine.

            C’est l’enfer, car je ne comprends rien à ce qu’ils disent. Je n’aime pas cet endroit parce qu’il m’est inconnu. Les gens me regardent bizarrement. Ils me regardent comme si j’étais différent.

Extrait du texte de Maëlle.

         enfant_sauvage8

Sujet 2 : On vous confie un enfant de huit ans qui n’a jamais vu un humain avant vous : comment vous y prenez-vous ?

 

  1. Tout d’abord, je le fais se sentir chez lui pour qu’il n’ait pas peur de moi.
  2. Je le fais se sentir moins paniqué et plus ouvert vers l’extérieur.
  3. Je lui fais découvrir le monde et je lui apprends à parler comme nous.
  4. Je lui apprends à se comporter comme une personne normale.
  5. Je le nourris avec de la vraie nourriture même si ça n’est pas très facile.
  6. Je l’emmène se promener dans un endroit sauvage.

Mélissa.

            Si je devais m’occuper d’un enfant sauvage, je lui apprendrais à parler, à manger, à boire, à marcher, à s’habiller… Je lui montrerais aussi qu’il ne faut pas avoir peur, lui prouverais mon amour pour qu’il ait confiance en lui, l’entourerait d’autres enfants pour qu’il voie comment on se comporte, pour qu’il prenne l’habitude des êtres humains, qu’il ne les trouve pas bizarres ni étranges comme il le pensait au début.

Margot.

L’Enfant sauvage – Questionnaire élèves et réponses – 5èA du collège Victor Hugo à Noisy -le-Grand

4 fév

Les élèves de la 5è A du collège Victor Hugo à Noisy -le -Grand avec Mme Horel ont répondu à un questionnaire sur l’Enfant sauvage après la projection.

Questionnaire sur L’Enfant sauvage, un film de François Truffaut (1969)
Les notions de nature/culture, de différence

Se mettre par groupe de deux élèves
Créez un document que vous appelerez ‘Enfant sauvage+prénoms’

enfant_sauvage4

I Le film, mes impressions

1/ Mes impressions, mon avis : recopiez ce que vous avez écrit sur votre feuille, en essayant de développer davantage (en donnant un exemple notamment)
a. Avis élève 1, élève 2
b. Si un moment du film vous a choqué(e), précisez-le.

2/ Plusieurs oppositions peuvent être relevées dans le film : notez-en deux. Comparez par exemple le professeur Itard et Victor.

3/ Les choix de mise en scène, le noir et blanc
a.François Truffaut a choisi de réaliser ce film en noir et blanc alors que la couleur existait déjà : pourquoi, selon vous ?
b.Le film est écrit et construit à partir du rapport scientifique du professeur. Le film revêt ainsi un aspect scienfique : notez deux éléments du film qui soulignent cet aspect.
b. Relevez un exemple de plan que vous avez apprécié(e) et dites pourquoi.

II Victor, un enfant sauvage

1. Rappelez la définition d’un « sauvage ».
2. Confrontez cette définition au jeune Victor : que pouvez-vous dire ? Appuyez-vous sur des moments précis du film.
3. Quels sont les points communs entre l’enfant Courge dans Le Jour des Corneilles et Victor ?
4. Que va devenir le jeune Victor ? Allez sur http://www.silapedagogie.com/jean_itard.htm
Notez en quelques mots ce qui vous intéresse.
5. Allez chercher une image que vous aimez bien de Victor. Faites un copié-collé et dites pourquoi vous l’avez choisie.
6. Tapez « Amala et Kamala » : qui sont-elles ? Notez quelques renseignements en un petit paragraphe sur ce qui retient votre attention.

III François Truffaut, un grand réalisateur

Allez dans wikipédia
1. Notez sa date de naissance et de mort
2. À quel groupe de cinéastes est-il associé ?
3. Cliquez sur le nom de deux de ses films : avez-vous envie de les voir et pourquoi ?

Marie Horel – Collège Victor Hugo de Noisy -le -Grand

Vous pouvez lire ici les retours des élèves de la 5è A

REPONSEELEVES5A

Travaux d’élèves – Questionnaire Looking for Eric

7 mai

Marie Horel, enseignante au collège Victor Hugo de Noisy-le-Grand, a partagé avec nous les travaux de ses élèves sur le film Looking for Eric.

looking_for_eric_affiche

Questionnaire_LookingforEric

Réponses_élèves

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.